The last sanctuary Index du Forum
The last sanctuary
Tentez de survivre dans ce monde chaotique où la mort vous attend à chaque coin de rue.
 
The last sanctuary Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Yzréel Ondore (Fiche Validée) ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    The last sanctuary Index du Forum -> Présentation du forum -> Les fiches personnages -> Les Envoyés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Yzréel
Envoyés

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2007
Messages: 48
Localisation: Soltis
Clan: Envoyé

MessagePosté le: 11/08/2007 16:34:28    Sujet du message: Yzréel Ondore (Fiche Validée) Répondre en citant

Nom : Ondore

Prénom : Yzréel

Age : son âge s'est confondu parmi les Eons.

Fonction : aristocrate, porteur de l'épée.



Description mentale :
Une obscure pensée vide de sentiments, un esprit ténébreux sans âme, un être sinistre dépourvu d'affection d'aucune sorte, voilà quelques mots bien faible de sens pour tenter d'expliquer et de comprendre la raison qui anime l'envoyé Yzréel Ondore. Une créature divine qui en dépit de cette absence d'émotion s'évertue à chercher la flamme qui fera naître en lui le ressenti, les passions qu'il convoite tant, les sentiments que possède les humains et dont il a été privé par ses propres créateurs, les dieux. Ne ressenti ni amour, ni peine, ni pitié, il peut accomplir les choses des plus horribles sans se poser la moindre question, il suffit d'un geste de l'empereur pour lui faire commettre les pires massacres, les tortures douloureuses et perverses, les plus ignobles chantages, tout cela sans trembler ni vasciller.

Pourtant, Yzréel soupire après ces émotions qui le rendrait faible, presque inapte à faire la volonté du Saint Empereur; pourquoi? N'est-ce pas d'un ennui formidable que de vivre chaque jour sans la moindre surprise, sans cette sensation de bonheur que les humains lui ont tant décrit? Il voudrait pouvoir rire, il voudrait pouvoir pleurer, il voudrait Vivre. Car il partage avec les autres envoyés de l'armée un sort bien funeste, tandis que le Saint empereur et l'apôtre Justice possèdent des ressentis ; il n'envie pas justice puisqu'il ne ressens pas de jalousie, mais il a la volonté de possèder ce sentiment, il s'imagine pouvoir ressentir, il pense concevoir ces sensations; alors, il peux imaginer ce que Justice peut ressentir, il s'en suit qu'Yzréel souhaite avoir la même chose. C'est pour cette raison qu'il dédaigne profondément Justice.

Ainsi,il feint éprouver des sentiments, particulièrement avec son esclave à qui il a ordonné de jouer le jeu, jusqu'à ce qu'un jour peut-être de vrais sentiments l'étreignent. Depuis qu'Yzréel s'est fixé pour but d'acquérir ces passions, ses intentions pour y parvenir sont peu claires.

Etrange personnage à la volonté voilée, et disposant de multiples moyens pour augurer atteindre son but, Yzréel forge petit à petit sa personnalité douteuse, et aspire à en avoir une à part entière, depuis que l'empereur s'est emancipé des Dieux.



Description physique :
au départ, grand jeune homme aux longs cheveux noirs également coiffés, un teint moins pâle que ses aînés pour ressembler aux humains et ainsi gagné leur confiance pour mieux en abuser, des lèvres saupoudrées de rose avec soin, un nez se dressant bien droit au milieu de la figure, et deux yeux en forme d'amande, deux ouvertures sur le monde, à la couleur de la lune, viennent éclaircir son visage. De grande taille, dépassant le mètre quatre-vingt, il a un corps comme sculpté dans le roc, avec une musculature entièrement developpée du buste aux molets. Ses ailes noires, plantées toutes deux à côtés des deux omoplates, l'une à gauche, l'autre à droite, s'accorde parfaitement avec son allure sombre.




Lors de sa revendication à ses pères les Dieux, pour avoir le don des sentiments, sa punition fut la suivante : la journée, il serait un garçon de quatorze années, seulement la nuit il pourrait retrouver sa forme originelle, et ses pleines capacités physiques, sa magie n'étant pas altérée par cela. Le jour alors, il a l'apparence d'un garçon frêle, d'allure chétive, diminué en taille et en force. Ses cheveux à ce moment s'arrêtent dans le bas de sa nuque, son petit nez est retroussé comme celui d'un enfant, mais ses yeux sont toujours les mêmes : deux éclats de lune, aussi froids que la lueur qu'elle émane. Il reste pourtant la même personne, l'envoyé Yzréel Ondore, aristocrate, membre de l'armée du Saint Empereur.





Style vestimentaire :
De nature exigeante, Yzréel ne s'habille que très noblement : de fines tuniques délicatements brodées de fil d'or et d'argent, surmontées de chemises sans manches tout aussi pompeuses.

Adulte, il préfère un long bas surmonté de pants noirs, et aux pieds il ne supporte que des bottes ornées d'Hématites. Il revêt aux poignets des gantelets nacrées, et il n'oublie jamais de mettre ses gants blancs, car il se pense trop noble créature pour toucher un monde plein de poussière et de crasse.


Enfant, il se tourne plutôt vers la longue tunique avec un collant blanc, revêtant alors de grandes bottes qui lui arrivent à mi-cuisse, surpolmbées de petits talons; là aussi, il n'oublie jamais ses gants. Sa garde-robe reste dans les tons noirs, bleu, ou d'un turquoise sombre. lorsqu'il dort, il porte un fin vêtement de satin, et sa robe de chambre est d'un rouge lit de vin, et il se pare de divers bijoux coûteux.




Histoire :

La création. Etrange fait immuable et éternel, allant dans un mouvement perpétuel d'ascendance puis de décadence, avant la destruction finale, pour cèder sa place à à une nouvelle création.

C'est dans ce flot inlassable de création que sont nés les envoyés, c'est ainsi qu'Yzréel fut animé par le souffle de la vie. Une nouvelle forme de vie, puisqu'elle était d'essence divine. Une nouvelle vie, entièrement faite de magie, cette magie elle-même puisée du cristal Ragnarok. Yzréel a été crée à partir de cette inépuisable source, comme tous les autres envoyés, notamment le futur Saint Empereur Arageth, ainsi que l'apôtre Justice, qui foulèrent en premier la terre, tels deux jumeaux. Yzréel fait donc parti pour ainsi dire de la deuxième génération d'envoyés, lorsque l'ultime Arageth se vit assigner une armée d'entre eux.

Une armée d'êtres aussi insensible que divin. La garde n'est-elle pas effrayante? Si Yzréel fut crée en même temps que tous ses frères et onze autre soeurs, peut-être fut-il le premier à ouvrir les yeux et à contempler toutes ces nouvelles vies de souche divine qui se créeaient devant l'envoyé Arageth et sans doute devant l'intriguante apôtre Justice. Aucune pensée ne traversa ce jeune esprit programmé, Yzréel s'en souvient bien, il n'avait pensé à rien. Lui, ainsi que tous les autres, avaient été crées pour obéir à Arageth, à qui les dieux avaient insufflés la haine. Un meneur haineux, une armée insensible, une apôtre sentimentale, n'est-ce pas un trio infernal?

Aussi infernal qu'efficace. Chacun avait son rôle, et chacun avait sa place. Les envoyés, arme de destruction par exellence, installa rapidement la volonté de leurs pères les dieux. Dans les rangs celestes, Yzréel répandait le souhait des dieux sous les ordres d'Arageth à coups de magie et à coup de sabre, étant né pour ça. Son absence d'humanité lui permettant de massacrer vite d'opérer efficacement lors des batailles, il avait des techniques infaillibles pour éliminer un maximum de gens en une fois : il lui suffisait de se faire passer pour une personne ayant des sentiments, et de dire à toutes les personnes qu'il voyait d'aller se réfugier à un endroit précis. Après avoir amassé suffisament d'âmes damnées, il lui suffisait d'aller à cet endroit, généralement choisi sans issue, pour décimer toutes les créatures déséspérées qui étaient venues. des quartiers entiers disparaissaient ainsi en une seule fois, sans qu'Yzréel éprouve le moindre sentiment de culpabilité, de pitié, ni même de joie meurtière ou d'euphorie sadique. Son seul soucis fut d'executer sa tâche vite et bien.

Toujours, les gens qu'il massacrait hurlaient, pleuraient, imploraient, il poussaient des cris, ils appellaient des noms, de l'eau claire naissaient dans leur yeux et coulaient sur leurs joues, ils joignaient leurs mains, se mettaient à genoux, demandant déséspérement à l'envoyé Yzréel de les épargner, ils lui soumettaient de l'or en échange de la vie : mais une créature nsans coeur est impénétrable de tout supplication, toute corruption, ainsi Yzréel trancha les têtes sanglotantes, embrocha les femmes tenant leurs enfants, attrappait les fuyards et les passait au fil de l'épée, le tout sans une once de remords ni de regrets, pas une étincelle d'humanité.

Le temps passa bien vite, et Yzréel n'était plus un nouveau né depuis fort longtemps : dans les cités des dominés, parmi d'autres noms résonnait le sien, Yzréel Ondore, et son nom inspirait grande peur, rien que le nom d'envoyé apportait l'effroi. Pendant la paix qui succèda à la création du second empire et du deuxième sanctuaire, Yzréel n'avait pas à guerroyer. Là, il se mit à penser; doucement, il se rendit d'abord compte qu'il avait une identité que l'on reconnaissait : jamais il ne l'avait souligné, et pourtant on se souvenait de lui. C'est parmi le peuple belliciste qu'il inspirait la crainte : une identité qui faisait de lui un être à part entière, qui ne trouvait pas son identité seulement par rapport à son groupe, et ce fut certainement le cas pour d'autres. Jamais auparavant il s'était rendu compte qu'il existait, peut-être pour autre chose que la guerre. Il se savait vivant, mais se sentait-il en vie? Non.

Yzréel se souvint alors des gens qu'il avait tué : et en repensant à son vécu, il apprit des tas et des tonnes de choses. L'apôtre Justice, elle qui avait reçu des sentiments dont Yzréel avait maintenant une vague idée, était-ce cela qui la rendait aussi unique? Le sentiment d'Arageth, était-ce cela qui le rendait si important et qui faisait son unicité? On lui avait parlé de la joie : maintenant qu'il savait ce que sont les sentiments, de joie et de haine, de bonheur et de tristesse, d'amour et de déséspoir, les sentiments de jalousie et d'orgueil, d'envie et de mépris, c'est ce qui fait rire et pleurer, ainsi que tous les stades entre les rires et les pleurs. Yzréel aurait voulut ressentir quelque chose en ces temps de paix, et hélas il fut envahit non pas par la stupéfaction ou l'emerveillement face à cette découverte, mais il fut emplit de vide. Le Rien. Il ne pouvait que constater qu'il était fait de magie et de néant, la magie issue elle-même du néant. Ne serait-il que néant? Le Rien qu'il avait découvert ne lui donnait plus la volonté d'exister. Alors il chercha un moyen de combler les vacuités de son esprit pour en faire une âme. Il récolta et amassa autant d'informations que de témoignages sur les sentiments, passant des nuits blanches pour apprendre à les connaître, voire même à les reconnaître si un jour il venait à s'en former en lui. Il alla jusqu'à questionner Justice. Rien à faire, il aurait voulut être triste face à cette effarante décéption, mais rien.

Arriva alors la nouvelle décadence, au moment où les armées d'Arageth se jettèrent sur les ruines et les survivants; le même scénario, pleurs et supplications, Yzréel voyait et intelligait sur leur douleur : il comprenait par la même occasion comment faire grandir cette douleur en jouant avec les sentiments, de toutes les façons possibles, passant des faux espoirs au massacre tour à tour, et on l'appella cruel. Il savait ce qu'était la cruauté, il s'analysa quelques secondes et en effet, il était cruel, la cruauté englobant pas mal de choses.

Yzréel voulait saisir pleinement ces choses, ces sentiments, il voulait les saisir à vif. A ses dernières victimes, il leur ordonna de décrire ce qu'ils ressentaient alors qu'il les martyrisait, et on l'appella monstre. La monstruausité? Il lui semblait bien que ça allait de paire avec la cruauté, la belle affaire!

Ils devaient décrire leurs peurs, comment ils les ressentaient, où, si ils avaient plus peur s'il tuait telle ou telle personne, il chercha à savoir quand ils ressentaient le déséspoir, il voulait savoir si ils ressentiraient de la jalousie si l'un survivait et l'autre non, jusqu'où ils pouvaient ressentir l'amour pour autrui, souvent jusqu'à la mort, comment survenait la pitié, aimer jusqu'à souffrir pour l'autre. Au final, il goûta les larmes d'un de ses victimes :


" C'est Amer "


Ils pleurent des larmes amer. Aurait-ce un rapport avec l'amertume? Yzréel fut troublé par le goût de cette larme, à la fois si douce, si chaude, si amer. Il pensa alors que peut-être les larmes sont porteuses de sentiments, après tout, on lui avait parlé de sentiments qui réchauffent le coeur, de doux ressentir, de sensation d'amertume...

Bien décidé à acquérir ces étranges choses pour combler le rien, il s'adressa directement à ses créateurs. Reçu comme un acte de rebellion, Yzréel fut sévèrement puni par les dieux : le jour, il sera affaibli physiquement, ayant alors la forme d'un garçon de quatorze années. Il aurait souhaité ressentir de la haine, mais rien.

L'avènement du règne de l'envoyé Arageth était là : avec l'arrivée du dernier sanctuaire, les humains se virent tomber sous le règne du Saint Empire sans ne rien pouvoir y faire. Toujours plus à la recherche de ces passions qui animent la Vie, Yzréel prit sous ses ordres une servante, une esclave, pour en être le plus proche possible. Les années passèrent, les esclaves se succedèrent, rien ne pouvait animer la carapace vide de l'envoyé Yzréel Ondore. Feintant avoir des sentiments, il souhaite les ressentir un jour, ne plus avoir ce néant à l'intérieur de soi, malgré qu'il sait qu'il est lui-même issu du néant divin.

Sa nouvelle esclave se nomme Suzelle : achetée jeune, elle fut mise dans la confidence tout de suite : elle joua le jeu sans se faire prier, car c'est docile une esclave, sans compter qu'Yzréel est un homme au physique des plus charmants, et elle joue encore et toujours le jeu d'Yzréel, un jeu qui n'est en fait rien d'autre que sa quête de sentiments.

Sa résidence est à la ville de Soltis : il la partage seul avec Suzelle. Elle est mise dans toutes les confidances de l'envoyé, notamment dans sa volonté obsédante; bien qu'il exécute les ordres du Saint Empereur par nature, ça ne l'empêche pas d'user de tous les moyens en sa possession dans la vision de servir son unique but, quel qu'en soit le prix ou le moyen utilisé : Yzréel prête secrètement main forte aux rebelles, mais ce n'est qu'une feinte, pour essayer de se sentir en vie, car il finit toujours par les dénoncer.






Pouvoir :

Touché infernal ( contrôlé ) :
En touchant sa victime, Yzréel peut lui insufler des hallucinations, lui faire entendre des voix : la folie en résulte généralement, mais c'est un pouvoir dont Yzréel ne peut plus choisir le résultat. Il l'utilise généralement face aux opposants pour obtenir leur aveux, car il arrive fréquement que la victime hallucine en voyant Yzréel et croit voir à sa place une personne chère. De même pour les voix, ce sont souvent les paroles d'Yzréel qu'ils entendent, sur la voix d'un être qui leur est proche. Les envoyés sont insensible à ce pouvoir.


Réprimande Celeste ( incontrôle total ) :
Yzréel encaisse les coups et les attaques magiques, jusqu'à un certain niveau, qui varie selon les attaques lancées : une fois le trop plein atteint, ce sont des radiations ignées égales à la puissance emmagasinée qu'il renvoie. Yzréel ne choisit absolument pas le moment pour l'utiliser, et son déclencheur n'est pas determiné. Une fois ce pouvoir utilisé, l'épuisement est grand et le temps de récupération l'est aussi.



Eclat de Lune ( contrôle parfait )
Des dizaines de lames divines immaculées s'abattent sur le(s) victimes, déferlant du ciel. Ce pouvoir lui sert egalement de bouclier magique, au lieu de frapper les lames tournoie autour de lui pour parer.



Poupre Réminiscence ( maîtrise faible )
Pouvoir qui lui permet de faire bouillonner le sang de la victime, jusqu'à ce qu'elle se consume de l'intérieur.


Dernière édition par Yzréel le 11/08/2007 20:15:21; édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 11/08/2007 16:34:28    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Arageth Lothdonedil
Les Envoyés

Hors ligne

Inscrit le: 09 Nov 2006
Messages: 48

MessagePosté le: 11/08/2007 17:09:45    Sujet du message: Yzréel Ondore (Fiche Validée) Répondre en citant

Très bonne fiches, on y voit clairement me malaise des Envoyés fasse à leur manque de sentiments...


Niveau pouvoir je pense pouvoir te les laisser et que tu arriveras à jouer leur dégré de contrôle sans en abuser (auquel cas un admin interviendras de toutes façon).

Sinon pour l'habitat, est ce que tu est sur de vouloir habité dans la ville humaine? parce que Soltis est la cité des Envoyés et on peut t(y batir un palais lol Wink

Sinon VALIDE!
_________________
Le monde et les hommes forment un tout...
Je suis le maître de tout...
Revenir en haut
Yzréel
Envoyés

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2007
Messages: 48
Localisation: Soltis
Clan: Envoyé

MessagePosté le: 11/08/2007 17:58:43    Sujet du message: Yzréel Ondore (Fiche Validée) Répondre en citant

Si un palais à Soltis je peux avoir, alors je le prendrais...

Merci pour l'indication!
Revenir en haut
Arageth Lothdonedil
Les Envoyés

Hors ligne

Inscrit le: 09 Nov 2006
Messages: 48

MessagePosté le: 11/08/2007 18:40:57    Sujet du message: Yzréel Ondore (Fiche Validée) Répondre en citant

Et un Palais pour le monsieur... Wink
_________________
Le monde et les hommes forment un tout...
Je suis le maître de tout...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 18/09/2018 20:06:46    Sujet du message: Yzréel Ondore (Fiche Validée)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    The last sanctuary Index du Forum -> Présentation du forum -> Les fiches personnages -> Les Envoyés Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com